Achat De Dédouanement Acheter La Vente En Ligne Olympia Letan X Haring Embrayage Keith Livre D'amour MbejqlGJh8

SKU359234
Achat De Dédouanement Acheter La Vente En Ligne Olympia Le-tan X Haring Embrayage Keith Livre D'amour MbejqlGJh8
Olympia

Accès rapide

Role and efficiency of friendly boards : evidence from french listed firms
Le rôle et l'efficacité du conseil d'administration selon sa sympathie à l'égard du dirigeant : le cas des firmes françaises cotées
1 CERAG - Centre d'études et de recherches appliquées à la gestion
1 CERAG - Centre d'études et de recherches appliquées à la gestion
Abstract : This dissertation deals with the consequences of board friendliness on the financial policy and the performance of the firm. It revolves around four empirical studies. Until now, the study of corporate governance was based on Agency Theory. It conceives the board of directors as aimed at monitoring the Chief Executive Officer (CEO) in order to protect claimholders' interests. However, Resource Dependence Theory states that the board of directors is aimed at bringing information and resources to the CEO. These two roles are opposing, and board composition determines its dominant role toward the other one. Thus, CEO social ties enhance the advising role of the board and impede its monitoring role. Our dissertation is based on these two theories. Our studies are based on 78 French firms. We decided that a director was a social tie of the CEO when they were graduated from the same university or grande ecole (Polytechnique, Ecole Nationale d'Administration, HEC ...). Corporate governance data are manually collected in the annual reports launched by the firm between 2007 and 2011. Data concerning CEO and directors vita are extracted from the biographical dictionary Who's Who in France 2013 or the annual reports. We first find that friendly boards lead to fewer dividends and higher leverage. We decided to refine our results and analyze the effect of ownership concentration on these two relationships. We found that these relationships remained in a context of high ownership concentration, but the relation between board friendliness and leverage turned negative. The relation between board friendliness and dividends remained negative in a context of high ownership concentration but disapeared in a context of low ownership concentration. Consequently, the possibility for the CEO to use his social ties in order to set up a financial policy to entrench depends on ownership concentration. The higher ownership concentration, the harder it is for the CEO to entrench. In the third empirical study, we found that CEO social ties lead to a higher implied cost of capital. This relationship is stronger for the most risky and opaque firms. Finally, we find that friendly boards increase the performance of the firm. More precisely, this positive effect of board friendliness is concentrated on opaque firms with a lot of growth opportunities. Consequently, even if friendly boards generate agency costs, shareholders accept them when the firm has a lot of growth opportunities because the CEO needs advice to exploit investments properly. When the CEO does not have advisory needs, CEO social ties prevent the financing of the firm at an optimal cost of capital insofar as the CEO is only entrenched.
Résumé : Notre thèse s'intéresse aux conséquences de la sympathie du conseil d'administration (CA) vis-à-vis du dirigeant en termes de politique financière et de performance de la firme. La gouvernance d'entreprise est généralement étudiée à l'aide de la théorie de l'agence. Elle conçoit le CA comme un dispositif de surveillance disciplinaire du dirigeant protégeant les droits des financeurs. Il s'assure que les décisions prises par le dirigeant sont conformes aux intérêts des financeurs. Cette vision de la gouvernance s'oppose à celle défendue par la théorie de la dépendance aux ressources. Selon cette dernière, le CA a avant tout un rôle d'accompagnement stratégique du dirigeant. Il exerce un rôle d'interface entre la firme et son environnement, ce qui permet au dirigeant de prendre des décisions créatrices de valeur. La surveillance disciplinaire et l'accompagnement stratégique sont peu compatibles. La composition du CA détermine quel rôle est renforcé au détriment de l'autre. Ainsi, les administrateurs en relation avec le dirigeant accroissent les compétences d'accompagnement stratégique du CA tandis que sa capacité à restreindre la marge de manœuvre du dirigeant diminue. Nous nous sommes focalisés sur 78 grandes entreprises françaises cotées. Nous avons convenu qu'un administrateur peut être en relation avec le dirigeant s'ils appartiennent aux mêmes réseaux d'anciens étudiants d'une institution universitaire donnée. Les données de gouvernance utilisées ont été collectées manuellement dans les rapports annuels émis par les firmes entre 2007 et 2011. Les informations concernant les dirigeants et les administrateurs sont issues dictionnaire biographique Who's Who in France 2013 ou dans les notices biographiques des rapports annuels. Nous avons tout d'abord pu constater que la présence d'administrateurs en relation avec le dirigeant conduit à une diminution du niveau de dividendes. En même temps, le dirigeant favorise un financement par des dettes au détriment des capitaux propres. Nous avons également montré que cette relation dépend de la structure de propriété de la firme. Ainsi, le constat précédent demeure pour les firmes au capital fortement concentré, ce qui est conforme à la théorie de la dépendance aux ressources. En revanche, le dirigeant préfère financer la firme par capitaux propres mais le niveau de dividendes reste inchangé dans le cas des firmes au capital dilué. Ceci est conforme à la théorie de l'agence. Ainsi, la capacité du dirigeant à décider d'une politique financière servant ses intérêts à l'aide de ses relations sociales dépend de la structure de propriété de la firme. Lorsque le capital est concentré, l'actionnaire majoritaire préfère financer la firme par de la dette obtenue à moindre coût grâce au dirigeant et ses relations sociales. Cela empêche l'entrée d'autres actionnaires au capital. Le fait de ne pas verser de dividendes permet de renforcer les capacités financières de la firme. Lorsque le capital est dilué, le dirigeant peut éviter la pression disciplinaire de l'endettement. Suite à cela nous avons montré, conformément à cette même théorie, que le coût du capital croît lorsque des administrateurs connaissent le dirigeant. La relation est plus forte pour les firmes peu connues des marchés. Enfin, la performance croît en fonction de la sympathie du CA. Cela est conforme à la théorie de la dépendance aux ressources. Nous nous sommes également aperçus que l'effet bénéfique des relations du dirigeant se retrouve uniquement pour les firmes en phase de croissance. Ainsi, même si elle est source de coûts d'agence, la sympathie du conseil d'administration à l'égard du dirigeant est bénéfique pour les firmes ayant besoin d'accompagnement stratégique tandis qu'elle est davantage néfaste aux firmes parvenues à maturité.
Keywords : 1980 Pierre Balmain Embrayage Balmain Best-seller En Ligne La Sortie De Nombreux Types De Livraison Gratuite Images Footlocker xgdip
Advising Agency theory Entrenchment Toile De Contrôle Mansur De Gavriel Élégant Sac Haut Poignée Vente À Chaud À Vendre Recommander Prix Pas Cher La Qualité De Sortie De La Livraison Gratuite Les Dates De Sortie Authentique WGNUB1j
Corporate decisions and outcomes
Mots-clés : Gouvernance d'entreprise Cuir Chloé Roy Et Sac À Bandoulière En Daim Gris Prix Pas Cher 2018 Vente Pas Cher Amazon Vente Pas Cher Acheter De Vente En Ligne Feuilleter UePmNW27F
Enracinement Théorie de l'agence Accompagnement stratégique Théorie de la dépendance aux ressources
Type de document

Menu principal

Abonnez-vous au magazine
Abonnez-vous! Abonnez-vous!
Monde

Depuis 100 ans, les projecteurs mondiaux sont braqués sur les États-Unis et l’Europe. Et si l’avenir de la planète dépendait plutôt de ce qui se passe présentement en Asie ? C’est la thèse avancée par l’historien français Pierre Grosser.

Jocelyn Coulon Photo: Kevin Frayer/Intermittent/Getty Images 5commentaires

Bien des journalistes, historiensetanalystesont tendance à croire que l’histoire du monde s’écrit en Occident et que le reste de la planète est spectateur. Ce n’est pas l’avis de l’historien français Pierre Grosser, spécialiste des relations internationales à Sciences Po Paris. Dans son livre L’histoire du monde se fait en Asie : Une autre vision du XX e siècle (Odile Jacob), il rappelle la centralité de ce continent dans l’histoire mondiale du XX e siècle. Une position qui continue de s’affermir, au pointque d’ici 20 ou 30 ans l’Europe et l’Amériquepourraient n’être que de simples périphéries. Et la question, dit-il, «est de savoir si la “transition” d’une hégémonie à une autre peut être pacifique».

L’actualité a rencontré Pierre Grosser lors d’un de ses nombreux passages à Montréal.

En quoi l’Asie écrit-elle l’histoire du présent siècle?

Elle l’écrit dans tous les domaines. En 2016, l’Asie représentait 66 % de la croissance mondiale. La Chine, l’Inde, le Japon et les 10 pays de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE) tournent à plein régime.

« Projetez-vous en 2030 ou 2040 et il est fort probable que vous verrez l’Asie comme le centre du monde, et le reste — l’Europe, l’Amérique — commede simples périphéries. »

Dans une quinzaine d’années, le produit intérieur brut de ce continent dépassera ceux de l’Amérique du Nord et de l’Europe combinés. C’est en Asie que les ventes d’armes ainsi que les budgets militaires augmentent le plus rapidement — l’Inde est d’ailleurs le plusimportant importateur d’armements au monde. C’est aussi en Asie que les rivalités géopolitiques sont les plus intenses: entre les deux Corées, entre la Corée du Nord et les États-Unis, entre le Pakistan et l’Inde, entre l’Inde et la Chine, entre la Chine et le Japon et, bien entendu, entre la Chine et les États-Unis.Plusieurs sont des puissances nucléaires. Projetez-vous en 2030 ou 2040 et il est fort probable que vous verrez l’Asie comme le centre du monde, et le reste — l’Europe, l’Amérique — commede simples périphéries. Quel renversement de perspective en un siècle!

La Chine veut accélérer la construction de voies de communication et d’infrastructures afin de mieux se connecter au monde. Est-ce pour favoriser le commerce ou pourétendre son influence politique et militaire?

Toutefois, on ne peut pas tout mettre sur le compte de tels traumatismes dans la mesure où tous les peuples amérindiens n'en ont pas été pareillement victimes. Beaucoup ont vécu l'arrivée des Blancs comme un événement qui n'avait rien de choquant en soi. Les traumatismes auxquels nous référons se sont essentiellement développés dans des sociétés dont les systèmes de croyances étaient rigides et incapables d'intégrer l'existence de l'homme blanc dans le monde tel qu'elles l'imaginaient. Ce n'est pas le cas de tous les peuples qui vivaient sur le continent américain. Les façons de penser de ceux-ci étaient toutefois trop différentes de celles des Blancs pour ne pas susciter d'importants malentendus et entretenir des sentiments de doute et des comportements de repli sur soi qui, en l'espace d'une ou deux générations, auraient eu tendance à les enfermer dans le cocon sécurisant de l'isolement intégriste. L' acculturation formelle en aurait été freinée (voire bloquée), permettant à un certain état d'esprit de survivre, certes, mais sans lui donner pour autant les moyens de vaincre le sentiment de honte, celui d'appartenir à une espèce d'hommes inférieurs, ce sentiment de fatalité contre lequel Vine Deloria s'insurge quand il voit des jeunes Indiens y trouver les excuses de leurs échecs.

Toutes ces hypothèses sont passionnantes et nous sommes convaincus qu'elles expliquent bon nombre de comportements. Mais elles ne peuvent s'appliquer à tous les cas ni suffire à tout expliquer. Par ailleurs, à trop s'appuyer sur de telles thèses, on risque d'encourager les discours les plus dangereux : "si les Indiens sont aujourd'hui dans la situation qu'ils connaissent, c'est de leur faute : étroits d'esprit ou enfermés dans des logiques aberrantes, ils n'ont pas su s'adapter et ils se sont inventés de bonnes excuses pour ne rien faire...". Il faut donc accepter ces réflexions comme n'étant que des éléments d'un tout qui combine les explications événementielles et celles plus mentales ou psychoaffectives ; mais nous voudrions y ajouter un élément important : le rôle de l'intention . Dans l'adversité et en dépit de leurs troubles, les peuples amérindiens se seraient comportés par référence à des stratégies bien déterminées. Évoquant les mouvements messianiques, Roger Bastide a tenté de montrer qu'ils n'étaient jamais qu'une tentative (...pour) ajuster les valeurs anciennes aux besoins nouveaux. Autrement dit, tous ces mouvements qui ponctuent l'histoire amérindienne depuis Tupac Amaru jusqu'à la Ghost Dance en passant pas la Terre sans Mal des Tupi-Guarani ou le culte de la Croix des Mayas ne seraient pas seulement des ré-actions, des comportements définis en réponse à une action les mettant en danger. Sous couvert d' intégrisme suicidaire , ils seraient en réalité (autant que paradoxalement) l'expression d'une action positive en vue d'intégration ! L'intégrisme ne serait ainsi suicidaire que dans son résultat final nullement dans l'intention de ses promoteurs, réalité qui le rapprocherait soudain de l' activisme progressiste . Entre les deux, la différence ne serait plus qu'une question de circonstances ou de personnalités des acteurs.

© 2017 Six Flags.